Retour 
"Morceaux choisis"  de la monographie de  La Tourette (Canton Ussel-Ouest)
réalisée par Yvette CONTINSOUZAS  





Les premiers pas...

Recrutement et nomination d'un instituteur à la Révolution

"Requiert l'agent national qu'il sera ouvert un registre pour inscrire les citoyens et citoyennes qui désireraient occuper la place d'instituteur ou institutrice conformément à la missive, du 29 frimaire,signée Sauger.
En notre maison commune le 30 pluviose,l'an deuxième de la République française.
LAVAL, agent national."




"Aujourd'hui 23 thermidor, an 2 de la république française une et indivisible,nous maire et officiers municipaux et agent national de la commune de La Tourette district d'Ussel, département de la Corrèze, réunis au lieu de nos séances pour nous conformer au décret de la Convention Nationale sur l'organisation de l'institution et des écoles primaires et l'arrêté des représentants du peuple dans le département, avons unanimement nommé pour instituteur en notre commune de La Tourette le citoyen Jean-Baptiste Dague, habitant de la commune d'Ussel pour, par lui, jouir des émoluements attachés à cette place. Le dit citoyen Dague a signé avec la municipalité.
 A La Tourette les dits jours,mois et an que susdits.
Le dit citoyen Dague étant muni de son certificat de civisme approuvé par le district et le comité révolutionnaire de la commune d'Ussel.
DAGUE, LAVAL agent national, CAUX."


...jusqu'à aujourd'hui

 Une école fut ouverte au Montbellet, elle y fonctionnait encore en 1867.La maison d'école était fournie par l'un des habitants moyennant un loyer de 90 francs par an.


   Maison d'école au village de Montbellet           


En 1873, le conseil municipal "affecte les fonds s'élevant à 1.115 francs à l'acquisition ou construction d'une maison d'école".

En 1878à à la suite d'une circulaire sur l'instruction primaire, M le Maire expose:

Depuis longtemps de nombreuses réclamations ont été faites par les habitants de la commune et MM les inspecteurs primaires, touchant l'emplacement et les dispositions de la maison d'école actuelle, que l'on est forcé de reconnaître qu'elle est placée à l'extrémité de la commune et d'un accès difficile pour les enfants, que d'autre part la maison destinée à l'école bien que le propriétaire touche un prix de ferme relativement considérable ,est de tout point insuffisante.L'institutrice qui l'occupe, a peine à s'y loger et la salle d'école est d'une exiguïté telle que le mobilier scolaire ne peut y  trouver place, elle est aussi sujette à la fumée et mal saine.




 
    
Que par vente reçue par Maître LERIGUET, notaire à Ussel le 26 septembre 1855, la commune avait fait l'acquisition d'une maison,  dite maison BOSGROS et de jardins en dépendant...qu'ainsi cette maison étant la propriété indiscutable de la commune , peut être affectée à tel usage qu'il conviendra au Conseil d'indiquer.Enfin que cette maison est en assez bon état et peut donner comme maison d'école, ample satisfaction à toutes les exigences. Elle est au centre de la commune et elle est assez vaste pour qu'un instituteur y puisse trouver un logement suffisant. sans restreindre ce qui serait destiné à recevoir les écoliers"
 

L'école résida donc à cette date au bourg.

Les circulaires sur la gratuité ne furent pas appliquées tout de suite, du fait que la commune était surchargée d'impôts. Elles ne le furent qu'à partir du 1er janvier  1880.
Et enfin en 1902, une école neuve fut bâtie en un lieu central, au bord de la route Ussel-Courteix, entre les châteaux de Lespinasse et de la Mothe.


Cette école, du fait de la dépopulation, a fermé ses portes en 1972.

Un ramassage scolaire tranporte les enfants, pour la plupart à Ussel, quelques uns allant à Saint-Pardoux-le-Vieux...

A l'issue de la scolarité primaire  les élèves vont parfaire leur instruction à Ussel où se trouvent un collège et un  lycée.




Mairie-Écoles avec l'ancien préau
Bâtiment rénové avant la fermeture de l'école.