Centre Médico-Psycho-Pédagogique de Tulle (CMPP)

Retour

Les CMPP ont mis en place les premières structures permettant aux enfants et aux adolescents de bénéficier de soins ambulatoires en santé mentale en les maintenant dans leurs lieux de vie ordinaire, la  famille et l’école. 

Dès leur création, sont associées, au sein d’équipes pluridisciplinaires, les pratiques des enseignants et celles des médecins, psychologues, psychanalystes et rééducateurs.

 Cette originalité  des CMPP a été inscrite dans les textes fondateurs, mais a également été portée par des associations, partenaires et complémentaires de l'Ecole, en particulier par les Associations Départementales des PEP, qui en ont créé un nombre important.

En Corrèze, le projet de création d’un CMPP départemental est présenté lors de l’assemblée générale de l’œuvre des pupilles le 1er juin 1972.

Il ouvrira le 2 janvier 1974, à Tulle.

A cette date, 48 768 jeunes sont scolarisés dans le département. 4 385 jeunes sont estimés être en difficulté, « inadaptés sur le plan scolaire », dont 1 260 pour le seul arrondissement de Tulle.
 
Outre le personnel administratif, le centre compte deux rééducateurs Education Nationale, 1 assistante sociale, un ½ temps de psychologue et une journée hebdomadaire d’orthophoniste. 

Dès le 7 mars 1974 le premier directeur administratif et pédagogique rend compte de l’activité du centre marquant l’importance des besoins : 140 demandes, 77 inscriptions, 24 suivis en cours.

Depuis, l’activité du CMPP s’est très largement développée.

Aujourd’hui, on compte 3 CMPP gérés par les PEP de la Corrèze (Tulle, Brive et Haute Corrèze) et trois antennes. 

En 2010, le CMPP de Tulle accueillait 380 jeunes entre 3 et 18 ans.

Le plus grand nombre a entre 6 et 12 ans. Ils sont, pour la grande majorité, adressés par l’enseignant ou un personnel de l’éducation nationale, pour des difficultés repérées à l’école. La durée moyenne de suivi est de 2 ans.

Les difficultés rencontrées sont extrêmement diverses, comprenant les troubles psychiques graves, les difficultés d’adaptation, les troubles du langage, troubles des apprentissages…

A l’issue d’une première phase de bilan-diagnostic, une proposition de soin est faite à la famille, sur prescription médicale. Ainsi le jeune peut être accompagné par un(e) psychologue, un(e) orthophoniste, un(e) psychomotricien(ne) ou un(e) psychopédagogue… 

Dans la pratique, les jeunes bénéficient d’un ou plusieurs suivis hebdomadaires.

Les liens avec les enseignants, parfois jugés insuffisants, sont assurés dans la limite des moyens du centre.  De nombreux contacts téléphoniques permettent des échanges, des professionnels du centre participent aux réunions dans les établissements scolaires. (31 équipes éducatives, 51 équipes de suivi de scolarisation en 2010). 

Comme à son ouverture, le CMPP connaît des demandes importantes auxquelles il ne peut pas toujours répondre, en nombre comme en temps. 

Dans le contexte de l’évolution des pratiques et des textes réglementaires, en particulier la loi de 2005, les CMPP ont aujourd’hui une place importante à l'articulation de différents champs : éducation, soin, protection, accompagnement dans la socialisation, et particulièrement  celui de l'enseignement assuré par  l'Education Nationale.

La scolarisation des enfants et des adolescents en situation de handicap ou présentant des besoins spécifiques en milieu scolaire ordinaire incite encore davantage aujourd’hui à une réflexion partagée, à des liens fonctionnels entre institutions, établissements et services partenaires. 

Le principe fondateur des CMPP, à savoir l’intégration des données pédagogiques aux informations psychologiques, cognitives, psychanalytiques et psychiatriques, dans une dialectique d’éclairage mutuel, constitue donc toujours le socle du travail au quotidien, sans cesse alimenté par les évolutions de notre société.

 Historique du CMPP de Tulle